Causes et traitement des crampes nocturnes aux jambes. Préparations en pilules, méthodes traditionnelles de traitement

Les crampes aux jambes la nuit sont un phénomène courant chez beaucoup de gens modernes. Certaines souffrent de douleur sans en connaître les raisons, tandis que d'autres commencent un traitement en prenant des pilules et d'autres médicaments uniquement pour soulager les douleurs nocturnes.

Les médecins insistent sur la nécessité de déterminer immédiatement les causes des convulsions et de nommer un traitement complet, dès que le symptôme se manifeste, sans attendre que le problème s'aggrave.

Pour un traitement réussi dans un court laps de temps, les médicaments prescrits à la pharmacie, les méthodes traditionnelles et les recommandations sur la nutrition d'un nutritionniste.

Nous allons parler de la cause et du traitement des crampes nocturnes aujourd'hui.

Pourquoi les jambes sont à l'étroit

Le plus souvent, une sensation insupportable de crampes se manifeste la nuit ou tôt le matin au cours du processus de réveil. Parfois, à cause du surmenage ou du stress, il peut saisir une crampe, mais dans certains cas, il s'agit d'une manifestation pathologique assez fréquente.

Les causes de la douleur convulsive peuvent se cacher dans diverses maladies ou modifications pathologiques du corps.

Les médecins considèrent que les maladies et les facteurs suivants sont les causes les plus courantes de crampes nocturnes:

  • le diabète;
  • manque de minéraux et de vitamines;
  • l'hypothermie;
  • défaillance de la glande thyroïde;
  • pieds plats;
  • les varices;
  • la déshydratation;
  • les blessures;
  • maladies neurologiques inflammatoires et autres;

Causes des crampes nocturnes

Spasme du mollet

Lorsque le muscle gastrocnémien se contracte en spasme, il ne peut pas se détendre. Raisons possibles:

  • hypothyroïdie - insuffisance hormonale (défaillance de la glande thyroïde);
  • L’exercice des membres pendant la journée entraîne des crampes dans les jambes la nuit;
  • déshydratation due à la prise de médicaments, de pilules, de la chaleur.

Spasme des orteils

Le spasme des orteils indique une charge fréquente sur ces parties du corps. Cette catégorie comprend les joueurs de football, les danseurs de ballet, mais des sentiments aussi douloureux surviennent parfois dans les professions ordinaires.

Cela peut être dû à:

  • manque de calcium;
  • mauvais approvisionnement en sang;
  • l'hypothermie;
  • prendre certains médicaments.

Crampes dans les jambes la nuit pendant la grossesse

Presque toutes les femmes enceintes souffrent de crampes musculaires.

Il y a plusieurs raisons à cela:

  • déséquilibre des oligo-éléments;
  • la toxicose;
  • manque de nutriments dû à la formation du corps de l'enfant dans l'utérus;
  • faibles niveaux de calcium, de sodium, de potassium;
  • manque de vitamines B;
  • faible teneur en glucose;
  • les varices;
  • violation de la circulation plasmatique.

Crampes dans les jambes la nuit chez les personnes âgées

Dans la vieillesse, le corps ne travaille pas à pleine force. Avec l'âge, le corps est produit, la consommation de nutriments, y compris le calcium. Ce n'est pas la seule raison pour laquelle les personnes âgées souffrent de crampes nocturnes dans les membres.

  • thrombose;
  • perte de liquide entre les tendons et les os (la taille des tendons est réduite);
  • affaiblissement du tissu musculaire;
  • le diabète;
  • diurétiques, neurolétiques, médicaments abaissant la pression;
  • surchauffe, chaleur, position inconfortable pendant le repos.

Que faire avec les crampes nocturnes

Les médecins donnent plusieurs instructions sur ce qu'il faut faire si vous saisissez soudainement un spasme musculaire.

  • Parfois, les personnes ressentent l'éventuelle arrivée de crises - à ce stade, il est nécessaire d'essayer autant que possible de relâcher le membre.
  • Lorsque le spasme est déjà survenu, vous devriez lever vos orteils vers vous, puis relâcher légèrement la tension et répéter le mouvement. Après cela, vous devez vous lever et marcher.
  • Une crampe laisse aller si vous vous tenez sur le sol frais avec les pieds nus.
  • Vous pouvez essayer de soulager les spasmes en massant légèrement le muscle, et une pommade chauffante aidera à renforcer l'effet.
  • Une des méthodes efficaces pour soulager les spasmes consiste à picoter le membre affecté avec un objet pointu. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une aiguille ou une épingle.
  • Lorsque le muscle libère un spasme, il faut deux jambes pour se lever et s'allonger dans cette position pendant 10 à 15 minutes. Cette action aidera à établir la circulation, empêchant ainsi la récurrence des crises.

Important à savoir! Les moyens de soulager les crampes dans les jambes la nuit sont efficaces dans le cas où les causes de la pathologie n’entraînent pas de changements graves dans le corps, mais qui nécessitent souvent un traitement médical avec l'utilisation de comprimés, de pommades et d'autres médicaments.

Pilules contre les crampes dans les jambes

Detralex

Le médicament réduit l'étirement veineux, avec une augmentation du tonus et une diminution de la stagnation veineuse. Il est recommandé de réduire la perméabilité, la fragilité capillaire, améliore le flux sanguin. Une utilisation régulière soulage les symptômes convulsifs, accompagnés d'une insuffisance veineuse chronique des jambes.

La réception est recommandée pour les pathologies:

  • attaques hémorroïdaires;
  • symptômes douloureux;
  • des convulsions;
  • sensation de lourdeur dans les jambes;
  • insuffisance veineuse;
  • trouble trophique;

Chaque comprimé contient: Diosmin et Hespéridine.

Administration du médicament: insuffisance veineuse - 1 comprimé, deux fois par jour pendant un repas (midi, le soir), hémorroïdes aiguës - les quatre premiers jours, 6 doses du médicament par jour, les trois jours suivants, 4 comprimés.

Parmi les contre-indications notées l'intolérance individuelle.

Les comprimés n'affectent pas les soins des conducteurs pendant la conduite, n'empêchent pas la réaction psychomotrice.

Detrolex (comprimés) est reconnu comme le meilleur médicament pour traiter les crampes aux jambes la nuit. Il supprime non seulement les symptômes douloureux, mais également les coups en raison de l’apparition de ces manifestations. Après deux mois de traitement, vous pouvez oublier les convulsions pendant longtemps.

Le prix pour 60 capsules est de 1400 roubles.

Diosmin

Selon les médecins, le médicament aide à prévenir les crampes de membre la nuit, peu importe le stade du processus pathologique veineux, si elles se produisent pour cette raison.

Ce médicament en comprimés est le meilleur angioprotecteur d’origine naturelle, recommandé pour le traitement des varices.

L'unicité de la composition du médicament, en raison de la substance active diosmine, qui a un effet de renforcement sur les parois des vaisseaux sanguins, avec une augmentation de la tonicité globale. En raison de l'action du médicament, les processus inflammatoires sont bloqués, le flux sanguin est normalisé.

Les tablettes ont un assez large éventail d’actions, leur réception est recommandée pour:

    déficience du système lymphatique;

Selon les médecins, le médicament aide à prévenir les crampes dans les jambes la nuit

  • hémorroïdes aggravées;
  • varices de n'importe quel stade;
  • circulation sanguine perturbée.
  • L'outil a la qualité d'absorption rapide dans le tube digestif. L'excrétion du corps se fait naturellement par la bile, les selles et l'urine.

    La diosmine renforce efficacement les parois des vaisseaux sanguins.

    Important à savoir! Parmi les contre-indications du médicament sont marqués: réactions allergiques, par conséquent, l'interdiction de prendre le médicament s'applique à la grossesse, l'allaitement, les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

    Recommandations d'admission: En cas d'intolérance au corps des composants des comprimés, l'admission est terminée. En cas de varices, la dose recommandée est de 1000 mg par jour en deux doses - 3 comprimés, deux fois par jour. La durée du traitement médical est de 60 à 90 jours.

    La diosmine peut provoquer des allergies, des éruptions cutanées, une défaillance du système digestif, des maux de tête. Le traitement des varices doit inclure des mesures préventives supplémentaires: un style de vie mobile, le contrôle du poids, la fraîcheur de l'air, l'utilisation de sous-vêtements de compression. Le prix approximatif est de 430 roubles.

    Venoflebin

    Les comprimés granulaires Venoflebin aident à soulager les crampes aux jambes la nuit dues aux varices. Le médicament est recommandé pour le traitement efficace de la thrombose, les hémorroïdes, la pathologie veineuse.

    Parmi les contre-indications marquées sensibilité individuelle des composants actifs du médicament.

    Méthode recommandée: une demi-heure avant les repas ou une heure et demie après les repas. Prendre 8 morceaux (granules), 4-6 fois par jour. Le médicament est absorbé sous la langue.

    Condition aiguë - 40 granules dilués dans 100 ml d’eau, à raison de 1 c. toutes les 3,5 heures, la solution absorbante doit être conservée quelques secondes avant d'être avalée. Après le retrait des symptômes aigus, vous pouvez passer au régime habituel.

    Parmi les effets secondaires des allergies notées, dues au surdosage. Le prix de 30 g d'emballage est de 320 roubles.

    Venarus

    Préparation de l'effet veinotonique avec effet angioprotecteur et veinotonique. Réduit la distension veineuse, améliore le flux sanguin, avec une augmentation du tonus de la paroi vasculaire.

    Il est indiqué pour une utilisation dans les hémorroïdes aiguës, l'insuffisance veineuse des extrémités, soulage la lourdeur dans les jambes, les spasmes musculaires.

    Les substances du médicament sont excrétées naturellement par les organes digestifs et les reins.

    Important à savoir! Le médicament Venarus est autorisé dans le traitement des varices pendant la grossesse, les études n'ayant montré aucun effet secondaire.

    Pendant l'allaitement, le médicament est interdit.

    Recommandations d'admission: 1-2 onglet. pendant la journée Le médicament est pris pendant un repas, la dose recommandée doit être divisée en deux doses (à midi et le soir). Il manque des informations sur le surdosage.

    La durée du traitement médical est déterminée par un spécialiste. Le prix des comprimés de 800 à 1100 roubles (dépend de l'individualité du montant).

    Troxérutine

    Traitement des crampes nocturnes des membres inférieurs, élimination des causes avec des comprimés de Troxérutine

    Crampes musculaires dans les jambes et les cuisses nuit et jour: causes et traitement + Photo

    Crampes ou spasmes musculaires est une contraction involontaire de groupes musculaires. Dans le même temps, il existe une douleur forte, aiguë et aiguë, accompagnée d'un engourdissement. Le muscle manque d'oxygène et de nutriments.

    Les crampes dans les muscles des jambes ne sont pas rares. Les hommes et les femmes en souffrent.

    Selon les statistiques, chaque personne au moins une fois dans sa vie était confrontée à un tel problème. Assurez-vous de déterminer les causes des spasmes et du traitement prescrit. Nombre d’entre eux sont connus et étudiés depuis longtemps et se prêtent à un traitement rapide.

    Informations générales sur le problème des crises

    Quelles sont les convulsions

    Nous avons déjà compris que les crampes représentent une contraction musculaire incontrôlée.

    Les spasmes musculaires en médecine se divisent en plusieurs types:

    • Myoclonique lorsque la contraction musculaire est de courte durée sans douleur.
    • Clonic. Plus longtemps, les muscles se contractent au rythme des répétitions.
    • Tonique. Ils se caractérisent par une tension prolongée du tissu musculaire. Il peut convulser n'importe quelle partie du corps ou complètement le torse. Les crampes provoquent parfois une perte de conscience.
    • Tonic-clonic. La combinaison de deux types de spasmes.
    • Partielle, apparaissant rarement et ne constituant pas une menace pour la santé.

    Lorsque le spasme des jambes apparaît syndrome de la douleur - aiguë, douloureuse, avec une sensation de pétrification du corps. Il apparaît soudainement et dure jusqu'à 5 minutes. Dès que les muscles se relâchent, les symptômes disparaissent.

    Raisons

    Carences en vitamines et en macronutriments

    À savoir - calcium, magnésium, potassium, vitamine D. Ils sont nécessaires au bon fonctionnement du système nerveux et à la transmission des impulsions aux muscles.

    Si le corps en manque en raison d'une nutrition déséquilibrée, de l'utilisation de substances nocives, de grandes quantités de protéines, de médicaments, des problèmes similaires apparaissent.

    Déshydratation

    Lorsque la transpiration s'accompagne d'une perte importante d'oligo-éléments bénéfiques responsables du fonctionnement du système musculaire, des convulsions apparaissent.

    Pour éviter une telle situation, il est nécessaire de boire de l'eau jusqu'à 2,5 litres par jour. Cela est vrai en été et pendant les activités sportives actives.

    Surcharge physique

    Lors des entraînements sportifs, le corps reçoit souvent une charge inégale. Peut-être un échauffement insuffisant a-t-il été effectué, les muscles ne sont pas réchauffés.

    La surmenage d'un groupe musculaire est caractéristique des personnes qui travaillent dur. Tous ces indicateurs perturbent le fonctionnement de la masse musculaire. Si vous ne laissez pas le muscle se reposer, alors il est épuisé et en conséquence, les crampes.

    Sauts de température

    Par exemple, la baignade dans de l'eau froide provoque la contraction des muscles. Vous devez donc être attentif à la température.

    Maladies

    Ceux-ci incluent un métabolisme inapproprié, une pathologie vasculaire, des blessures à la jambe. En règle générale, le traitement nécessite la consultation de spécialistes restreints - neuropathologiste, endocrinologue, phlébologue, orthopédiste.

    Athérosclérose oblitérante

    Je voudrais souligner séparément cette pathologie, qui est devenue le fléau du monde moderne. Distribué avec une augmentation du niveau de vie de la population.

    La raison en est le tabagisme excessif, la nutrition, la vie sédentaire. Cela conduit à un encrassement dans les vaisseaux et à la formation de plaques. Les plus courantes sont les artères iléales, fémorales et poplitées et les muscles qui manquent d'oxygène.

    Fait intéressant, les fumeurs sont sujets aux crises 5 fois plus souvent.

    Situations stressantes

    Lorsqu'une personne est émotionnellement tendue, une dépression nerveuse se produit. À ce stade, le corps est soumis à un stress intense et les terminaisons nerveuses sont les premières à en souffrir.

    Une grande quantité d'hormone de stress, également appelée cortisol, perturbe l'équilibre entre micro et macronutriments, ce qui entraîne une carence en calcium. Et par conséquent, des crampes musculaires apparaissent.

    Types de crampes

    Spasmes musculaires

    Les muscles diminuent en raison de la transmission incorrecte des impulsions nerveuses au muscle pour se détendre.

    Tout d'abord, un signal nerveux apparaît dans le cerveau et traverse le nerf jusqu'au muscle, après qu'une impulsion électrique soit passée à sa surface.

    Le signal se propage à travers tout le tissu musculaire à travers des tubules spéciaux. L'excitation vient aux réservoirs, qui sont des formations de cellules avec un grand nombre d'ions calcium.

    En conséquence, le calcium entre dans l’espace intracellulaire et amorce le processus de convergence des fils d’actine et de myosine. Lorsqu'ils se rapprochent, une contraction du muscle entier se produit.

    Les muscles de la jambe, la surface antérieure et postérieure de la cuisse souffrent de tels spasmes.

    La force des crampes est différente et peut aller de simples contractions nerveuses aux contractions douloureuses les plus puissantes.

    Les muscles du spasme sont comme une pierre - durs, serrés et bombés. L'attaque peut durer de 1 à 15 minutes. Répétition possible.

    Souffrent le plus souvent de convulsions:

    Coupe les orteils

    Lorsque les orteils souffrent de contractions musculaires, le problème est probablement lié aux perturbations métaboliques et à la présence d'autres pathologies.

    Il s'agit souvent d'un signal du corps en cas de maladies des articulations, d'insuffisance veineuse, d'athérosclérose et de diabète. En conséquence, le seuil d'excitabilité musculaire diminue et des contractions apparaissent.

    Si vous marchez dans la mauvaise chaussure pendant une longue période, de tels symptômes peuvent également apparaître. Lorsque les crises deviennent fréquentes, il est nécessaire de consulter un médecin pour déterminer la cause réelle et le traitement.

    Souvent, après un stress excessif et une fatigue musculaire, des métabolites, notamment de l'acide lactique, s'accumulent dans les tissus. Cela conduit à des convulsions spontanées la nuit.

    Crampes aux pieds

    Les pieds souffrent de contractions musculaires dues à une pathologie de pied plat ou neurologique. Nécessairement besoin d'un avis orthopédiste ou neurologue.

    Réduire le nombre d'attaques peut réduire la charge sur les jambes, prendre des complexes de vitamines, changer de chaussures à droite.

    Pourquoi les convulsions vous dérangent la nuit

    La réponse est simple Parce que la circulation sanguine ralentit la nuit et que les muscles reçoivent moins de nutriments. Le corps se repose à ce moment. Travaillez toujours - le cœur, les poumons, le diaphragme et le cerveau, ainsi que les muscles se détendent. Et peut-être juste la raison de la position inconfortable du corps.

    De plus, le cerveau travaille dur pendant le sommeil pendant le sommeil paradoxal. Même une petite excitation des cellules nerveuses provoque des spasmes musculaires.

    Lorsque les spasmes se produisent plusieurs fois pendant la nuit, il est recommandé d’augmenter la teneur en calcium, en potassium et en magnésium de l’alimentation. Ce sont le sarrasin, la farine d'avoine, les lentilles, les légumineuses, les fruits secs, les noix, le chou marin, les produits laitiers.

    Pour que les vaisseaux du système circulatoire fonctionnent pleinement, vous devrez renoncer à la nicotine, à la caféine et au sucre. La protéine de l'animal est de préférence remplacée par de la viande de volaille diététique.

    Il est utile de marcher beaucoup à un rythme lent, de dormir sur un lit confortable avec un bon matelas.

    Convulsions pendant la grossesse

    Les plaintes de spasmes musculaires au cours de cette période ne sont pas rares. Dans 1 trimestre, la cause est la toxicose, avec laquelle le potassium, le calcium et le magnésium sont éliminés. Dans les 2 et 3 trimestres - un manque accru d'oligo-éléments essentiels.

    Plus tard, en raison de la pression de l'utérus élargi sur la veine cave inférieure, la circulation du sang veineux des membres inférieurs est entravée.

    Aorte abdominale comprimée, veine cave inférieure. Et avec la croissance de l'enfant, la pression augmente, les troubles circulatoires de cette zone progressent. Stagnation de sang et gonflement.

    La nutrition des tissus est perturbée, une insuffisance en oxygène apparaît et, par conséquent, le risque de convulsions augmente.

    Les raisons de l'apparition de spasmes lors du transport d'un enfant sont en réalité nombreuses:

    • - violation du métabolisme phosphore-calcium;
    • - anémie - diminution du nombre de globules rouges dans le sang, ce qui affecte les échanges gazeux entre l'air, le sang et les tissus;
    • - carence en vitamine B, magnésium, calcium, potassium;
    • - hyperglycémie;
    • - varices - amincissement de la paroi veineuse et saillie au-delà des contours normaux. Apparaît chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque, d'obésité, associée à des heures de travail debout;
    • - pathologie vasculaire;
    • - une grande quantité de caféine;
    • - ne bouge pas assez;
    • - troubles circulatoires;
    • - thrombophlébite, qui est une inflammation des veines.

    Dès que les convulsions sont apparues, elles doivent être éliminées. Nous recommandons une alimentation équilibrée, des vitamines, de l'exercice en petites quantités. Lorsque les crises sont fréquentes, le médecin prescrit le traitement en déterminant le motif de leur apparition.

    Précurseurs du spasme musculaire

    Même les personnes en bonne santé peuvent avoir des crampes musculaires sans raison apparente. Vous n'avez pas besoin de prendre de mesures spéciales.

    Habituellement, avant les spasmes musculaires, ils étaient précédés des événements suivants:

    • activité physique inhabituelle pour les personnes sédentaires;
    • le stress est très sensible chez certaines personnes, ce qui inclut non seulement des émotions négatives, mais également des émotions positives;
    • exacerbation de pathologies, car pendant tout ce temps, tout l'organisme souffre, en particulier de points faibles, par exemple les muscles;
    • mauvaises conditions climatiques caractérisées par une carence en vitamines et en minéraux, ce qui entraîne des convulsions.

    Traitement des crises

    Premiers secours en cas de convulsions

    Pour vous aider ou aider une autre personne à se débarrasser de la douleur insupportable lors des spasmes musculaires, il vous faut:

    1. Lentement, posez les deux pieds sur le sol.
    2. Masser soigneusement le spasme pour faire couler le sang.
    3. Essayez d'étirer un muscle tendu. Dans le même temps, si le mollet souffrait de spasme, alors, en position assise, redressez la jambe, attrapez le gros orteil et tirez-vous vers vous.

    En cas de crampes musculaires antérieures de la cuisse, il est recommandé de se tenir debout, de plier la jambe au genou, de saisir la cheville à deux mains et de la tirer jusqu'aux fesses.

    Lorsque l'arrière de la cuisse a également souffert, placez le pied en avant d'un pas sur le talon, pliez le deuxième pied sain au genou et commencez lentement à étirer le blessé en tirant le bassin vers l'arrière. L'exercice est comme une situation où vous devez enlever vos chaussures.

    1. Compresse de refroidissement.
    2. Essayer de pincer un muscle ou de le piquer avec un stylo ou une fourchette. Naturellement pas grand chose!
    3. Une fois le spasme éliminé, un léger massage par caresses ou par massage aidera à obtenir une relaxation maximale.

    Ces conseils vous aideront à vous débarrasser rapidement des crampes musculaires en relâchant les muscles contractés, le flux sanguin vers les jambes et à vous débarrasser de la douleur.

    Lorsque le muscle est revenu à la normale, vous devez en prendre soin. Pour ce faire, allongez-vous sur le dos, mettez un oreiller sous vos jambes en créant un angle de 60 degrés et détendez-vous.

    Thérapie

    Le traitement et la prévention des spasmes musculaires consistent à normaliser la santé du système vasculaire et circulatoire. Il est important de réviser la nutrition pour inclure davantage de vitamines, de macro et de micro-éléments. Limitez la malbouffe et les boissons sous forme d’alcool, de restauration rapide, d’aliments salés, d’aliments fumés, de sucreries, de boissons gazeuses.

    Il est recommandé de surveiller la quantité de liquide dans le corps.

    Vous devez boire 2 à 3 litres d'eau par jour sans essence, thé vert, compotes, jus de fruits et boissons aux fruits.

    Cependant, le thé noir et le café devraient être limités en raison de leurs propriétés diurétiques.

    Il est utile de faire du sport, en particulier avec la nature du travail sédentaire. Avant d'aller au lit, il est recommandé d'effectuer des exercices d'étirement, de yoga, de Pilates. En même temps, cela aidera à soulager le stress de la journée.

    Vous pouvez prendre soin de vous avec un bain aux huiles essentielles - rose, lavande, menthe, ylang-ylang.

    Traitement médicamenteux

    Traitement avec des médicaments prescrits par un médecin. Ceux-ci peuvent être des moyens pour ajuster le métabolisme, restaurer le fonctionnement des vaisseaux sanguins et du système circulatoire, des vitamines et des oligo-éléments.

    Pour éliminer la cause des convulsions, on utilise des barbituriques, du phénazépam, du sulfate de magnésium, de l'aminazine, de l'urokinase, du fer.

    La thérapie est nécessaire pour les crises partielles ou épileptiques, qui sont un type de crises. Ces patients se voient généralement attribuer des benzodiazépines, des dérivés du GABA, des oligo-éléments, des anticonvulsivants.

    Recettes folkloriques

    Les méthodes traditionnelles réduisent efficacement le nombre d'attaques et soulagent la douleur, aident à établir la circulation sanguine dans les jambes, rendent les vaisseaux sanguins élastiques.

    Traitement des remèdes populaires - une mesure supplémentaire à la thérapie principale.

    Le moyen le plus utilisé:

    1. compresses froides sur les pieds avec du jus de citron deux fois par jour pendant 10-14 jours;
    2. huile de laurier, frottée pendant l'auto-massage;
    3. Vous pouvez vous essuyer les pieds au citron pendant 14 jours. Excellent remède contre les crampes dans les orteils;
    4. un simple aimant appliqué sur un muscle spastique et la douleur disparaît;
    5. La prise quotidienne de gousses de sucre est un remède efficace. Il faudra environ 500 grammes de girofle;
    6. un paquet de feuilles de raifort, miel, sel pendant 7 jours;
    7. onguent à la chélidoine - le jus de chélidoine est mélangé à de la vaseline et un point sensible est frotté dans les 14 jours;
    8. Chaque jour, auto-massage des jambes à l'huile de moutarde.

    Gymnastique

    Un complexe spécial de gymnastique médicale a été mis au point pour aider à éliminer les crampes aux jambes.

    Cela contribue à la bonne perméabilité des veines, fait travailler les muscles, les entraîne à la contraction et à la relaxation, renforce l'appareil ligamentaire et articulaire, soulage le stress et les tensions émotionnelles.

    En outre, une telle gymnastique est une excellente prévention des maladies variqueuses, de l’arthrite et de l’arthrose. Se compose des exercices suivants:

    • rotation du pied sur le côté - 30 fois;
    • rouler avec chaussette sur le talon - 30 fois;
    • soulèvement à la pointe, puis abaissement rapide sur le talon - 30 fois;
    • pied maximum - 20 fois.
    • mouvement du pied - un vélo;
    • coup de pied vos pieds - 30 fois et en travers - 20 fois.

    La gymnastique est très simple et même en le pratiquant une fois par jour, vous pouvez oublier les crampes aux jambes, aux pieds et aux doigts. Il est recommandé de compléter une série d'exercices en prenant un bain chaud avec des huiles de sel et d'arôme.

    Recommandations pour l'activité physique

    1. Si vous avez besoin de soulever un poids lourd, il est préférable de le diviser en plusieurs parties.
    2. Il est nécessaire de porter une charge avec le dos droit.
    3. Après 30 minutes de travail, faites une pause.
    4. La pause de midi ne devrait pas être inférieure à 1 heure.
    5. Une douche chaude est recommandée avant d'aller au lit.
    6. Le sommeil devrait être de 6 heures par jour.
    7. Vous devez vous endormir et vous réveiller en même temps.

    L'observance du régime de travail et de repos, une nutrition adéquate et le stress musculaire vont prévenir, ce qui est mieux que de traiter les convulsions.

    Crampes dans les jambes

    La contraction involontaire d'un groupe musculaire, accompagnée d'une douleur et d'un engourdissement aigus, est appelée spasme ou spasme. Les crampes aux jambes sont un problème pour beaucoup d'hommes et de femmes, nécessitant un diagnostic, un traitement obligatoire. De nombreuses causes de spasmes musculaires sont bien étudiées par la médecine, facilement corrigées, traitées rapidement. Si vous souffrez constamment de coupures de membres, consultez un médecin qui vous aidera à résoudre ce problème. Quelles sont les causes des crampes aux jambes?

    Causes de crampes dans les jambes

    En médecine, on distingue les spasmes musculaires toniques, caractérisés par une tension musculaire durable et des contractions cloniques-à court terme alternant avec la relaxation. Crampes dans les jambes appartiennent à la première catégorie, se produisent dans les pieds et les muscles du mollet. Les spasmes des membres inférieurs sont accompagnés de sensations aiguës et douloureuses de pétrification d'une partie du corps, ils apparaissent soudainement, le syndrome douloureux dure de 2 à 5 minutes et ne survient qu'après que les muscles se sont relâchés.

    Causes de crampes dans les jambes:

    • Manque de vitamines et d’oligo-éléments - magnésium, calcium, potassium, vitamine D, responsables de la transmission des impulsions nerveuses aux muscles. Le manque de micro et macroéléments peut être dû à une alimentation déséquilibrée, à un excès de substances nocives (nicotine, caféine, tanin, sucre), à ​​un régime protéiné, à la prise de médicaments empêchant leur absorption.
    • Déshydratation du corps. La transpiration active entraîne une perte importante d’oligo-éléments qui assurent le bon fonctionnement des muscles. Par conséquent, il est important de boire jusqu'à 2,5 litres d'eau par jour, surtout pendant la saison estivale chaude et pendant les activités sportives actives.
    • Exercice. Une tension excessive pendant les activités sportives, une charge inégalement répartie, un échauffement et un échauffement insuffisants avant l'entraînement, des travaux physiques lourds et monotones entraînent la surmenage d'un groupe musculaire, un dysfonctionnement des muscles du corps, des convulsions. Pour le fonctionnement efficace de la masse musculaire, il est important d’alterner tension / relaxation pendant l’activité physique.
    • La température baisse. L'hypothermie en nageant ou par le froid provoque une forte réduction des muscles des membres, l'apparition de crampes musculaires. Par conséquent, il est important de surveiller la température du corps pour éviter une chute de température jusqu'à 10 degrés.
    • La maladie. Un métabolisme incorrect, des maladies vasculaires, des blessures aux membres sont une cause fréquente de crampes musculaires. Pour l'élimination des spasmes, consultez un spécialiste (endocrinologue, neuropathologiste, phlébologue, orthopédiste) pour recevoir le traitement prescrit.
    • Le stress. Lors d'un stress émotionnel, d'une dépression nerveuse, il existe une charge intense sur tout le corps humain, principalement sur les terminaisons nerveuses responsables des contractions musculaires. Une surabondance de l'hormone de stress (cortisol) entraîne un déséquilibre des micro et macroéléments, entraînant un manque de calcium dans le corps, nécessaire au bon fonctionnement, au stress et à la relaxation musculaire.

    Crampes musculaires

    Les crampes musculaires dans les jambes sont dues à une transmission réduite de l'influx nerveux au muscle en vue d'une relaxation. Ces spasmes sont soumis aux muscles de la jambe, à la surface antérieure et postérieure de la cuisse. L'intensité des crampes peut aller d'une légère contraction à une réduction significative, accompagnée d'une douleur intense. Les muscles cramponnés sont comme la pierre: fermes, bien comprimés, se détachent nettement du corps. Une crise convulsive dure de 1 à 15 minutes, avec plusieurs répétitions de spasmes sur une période donnée.

    Crampes aux orteils

    Crampes aux orteils - Syndrome de troubles métaboliques ou de maladies de différentes natures. On les trouve dans les maladies des articulations, l'insuffisance veineuse, l'athérosclérose des vaisseaux des membres inférieurs et le diabète sucré. On peut l'observer chez les personnes dont l'activité est associée à un long séjour debout, à une longue marche dans des chaussures inconfortables. Des crises fréquentes de crampes dans les orteils nécessitent une consultation obligatoire avec un médecin spécialiste, qui aidera à déterminer la cause du symptôme et vous prescrira le traitement approprié.

    Crampes dans les jambes. Causes, symptômes et traitement de la pathologie

    Le site fournit des informations générales. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

    Les crampes sont un état de contraction musculaire continue qui ne peut pas être relaxé de manière arbitraire. Cette condition provoque une forte réaction douloureuse, car au moment des crampes, le muscle manque cruellement d’oxygène et de nutriments. De plus, en peu de temps, il libère une grande quantité de déchets qui irritent les terminaisons nerveuses et provoquent des douleurs.

    Selon les statistiques, les convulsions se produisent au moins une fois dans la vie de chaque personne. La cause de l'excitation, ils deviennent avec répétition fréquente. Dans certains cas, les crises convulsives sont le symptôme d'une maladie telle que l'épilepsie. Dans d'autres cas, les crises se développent à première vue chez des personnes en bonne santé.

    Le plus souvent, les convulsions sont enregistrées chez les personnes exerçant les activités suivantes:

    • les athlètes;
    • chargeurs;
    • contrôleurs de transports en commun;
    • commerçants du marché;
    • les travailleurs des compagnies des eaux;
    • les nageurs;
    • chirurgiens.
    Faits intéressants
    • Les crampes dans les jambes signalent qu'une certaine pathologie est présente dans le corps et en provoque l'apparition.
    • Un environnement froid augmente le risque de convulsions.
    • Chez les fumeurs, les convulsions surviennent 5 fois plus souvent que chez ceux qui ne fument pas.
    • Les premiers soins appropriés pour les convulsions des membres inférieurs empêchent leur récurrence dans 95% des cas.

    Comment fonctionnent les muscles?

    Structure musculaire

    Du point de vue de la physiologie humaine, le mécanisme de contraction des fibres musculaires est un phénomène étudié depuis longtemps. Le but de cet article étant de souligner le problème des crampes dans les jambes, il est raisonnable d’accorder une attention particulière au travail des muscles striés (squelettiques), sans affecter les principes du bon fonctionnement.

    Le muscle squelettique est constitué de milliers de fibres et chaque fibre contient à son tour de nombreuses myofibrilles. Le myofibrille dans un microscope optique simple est une bandelette dans laquelle des dizaines et des centaines de noyaux de cellules musculaires (myocytes) sont visibles.

    Chaque myocyte périphérique possède un appareil contractile spécial, orienté de manière strictement parallèle à l'axe de la cellule. L'appareil contractile est un ensemble de structures contractiles spéciales appelées myofillaments. Ces structures ne peuvent être détectées qu'en microscopie électronique. Le sarcomère est l’unité morphofonctionnelle principale des myofibrilles, qui a une capacité contractile.

    Le sarcome est composé d'un certain nombre de protéines, dont l'actine, la myosine, la troponine et la tropomyosine. L'actine et la myosine ont la forme de fils qui s'entrelacent. Avec l'aide de la troponine, de la tropomyosine, des ions calcium et de l'ATP (adénosine triphosphate), les filaments d'actine et de myosine se rejoignent, ce qui entraîne un raccourcissement du sarcomère et donc de la fibre musculaire entière.

    Mécanisme de contraction musculaire

    Il existe de nombreuses monographies décrivant le mécanisme de la contraction des fibres musculaires, dans lesquelles chaque auteur présente ses étapes au cours de ce processus. Par conséquent, la solution la plus appropriée serait de distinguer les étapes générales de la formation de la contraction musculaire et de décrire ce processus à partir du moment de la transmission de l'impulsion au cerveau jusqu'au moment de la contraction complète du muscle.

    La contraction des fibres musculaires se produit dans l'ordre suivant:

    1. L'influx nerveux apparaît dans le gyrus précentral du cerveau et est transmis le long du nerf à la fibre musculaire.
    2. Par l'intermédiaire du médiateur de l'acétylcholine, une impulsion électrique est transférée du nerf à la surface de la fibre musculaire.
    3. La propagation du pouls dans la fibre musculaire et sa pénétration dans les tubules spéciaux en forme de T.
    4. Transition de l'excitation des canaux en forme de T aux tanks. Les réservoirs sont appelés formations cellulaires spéciales contenant des ions calcium en grande quantité. En conséquence, l'ouverture des canaux calciques et la libération de calcium dans l'espace intracellulaire.
    5. Le calcium amorce le processus de convergence mutuelle des filaments d'actine et de myosine en activant et en restructurant les centres actifs de la troponine et de la tropomyosine.
    6. L'ATP fait partie intégrante du processus ci-dessus, car il soutient le processus de convergence des fils d'actine et de myosine. L'ATP contribue au détachement des têtes de myosine et à la libération de ses centres actifs. En d'autres termes, sans ATP, le muscle ne peut pas se contracter, car il ne peut pas se détendre avant.
    7. Lorsque les filaments d'actine et de myosine se rejoignent, le sarcomère se raccourcit et la fibre musculaire elle-même et tout le muscle se contractent.

    Facteurs affectant la contractilité musculaire

    La violation à l'un des stades ci-dessus peut entraîner un manque de contraction musculaire, ainsi qu'un état de contraction permanente, c'est-à-dire des convulsions.

    Les facteurs suivants conduisent à une contraction tonique prolongée de la fibre musculaire:

    • impulsions du cerveau excessivement fréquentes;
    • un excès d'acétylcholine dans la fente synaptique;
    • abaisser le seuil d'excitabilité des myocytes;
    • réduction de la concentration en ATP;
    • défaut génétique d'une des protéines contractiles.

    Causes de crampes dans les jambes

    Les causes impliquent des maladies ou certaines affections du corps dans lesquelles des conditions favorables sont créées pour la survenue de convulsions des membres inférieurs. Il existe de nombreuses maladies et diverses conditions pouvant entraîner des convulsions. Dans ce cas, il ne faut pas dévier de la direction choisie, mais au contraire, il est nécessaire de classer les maladies en fonction des facteurs énumérés ci-dessus.

    Impulsions cérébrales excessives

    Le cerveau, à savoir sa section spéciale, le cervelet, est responsable du maintien du tonus constant de chaque muscle du corps. Même pendant le sommeil, les muscles ne cessent de recevoir des impulsions du cerveau. Le fait est qu'ils sont générés beaucoup moins souvent que dans l'état de veille. Dans certaines circonstances, le cerveau commence à augmenter l'impulsion ressentie par le patient comme une sensation de raideur musculaire. Lorsqu'un certain seuil est atteint, les impulsions deviennent si fréquentes qu'elles maintiennent le muscle dans un état de contraction constante. Cette condition s'appelle des convulsions toniques.

    Des crampes dans les jambes dues à des impulsions cérébrales accrues se développent avec les maladies suivantes:

    • l'épilepsie;
    • psychose aiguë;
    • l'éclampsie;
    • lésion cérébrale traumatique;
    • hémorragie intracrânienne;
    • thromboembolie crânienne.
    L'épilepsie
    L'épilepsie est une maladie grave caractérisée par l'apparition d'impulsions synchrones dans le cerveau. Normalement, différentes parties du cerveau émettent des ondes de fréquences et d'amplitudes différentes. Lors d’une crise épileptique, tous les neurones du cerveau commencent à s’impulser de manière synchrone. Cela conduit au fait que tous les muscles du corps commencent à se contracter de manière incontrôlable et à se détendre.

    Il y a des crises généralisées et partielles. Les crises généralisées sont considérées comme classiques et correspondent au nom. En d'autres termes, ils se manifestent par la contraction des muscles de tout le corps. Les crises convulsives partielles sont moins fréquentes et se manifestent par une contraction incontrôlée d'un seul groupe musculaire ou d'un seul membre.

    Il existe un type spécial de crises, nommé d'après l'auteur qui les a décrites. Le nom des données convulsions - crises de Jackson ou épilepsie de Jackson. La différence entre ce type de convulsions réside dans le fait qu’elles commencent par une crise partielle, par exemple avec un bras, une jambe ou un visage, puis s’étendent à tout le corps.

    Psychose aiguë
    Cette maladie mentale se caractérise par des hallucinations visuelles et auditives causées par de nombreuses raisons. La physiopathologie de cette maladie n’a pas été suffisamment étudiée, mais on suppose que l’activité anormale du cerveau est à la base de l’apparition de symptômes de perception déformés. En l'absence d'aide médicale, l'état du patient se dégrade considérablement. Augmenter la température corporelle au-dessus de 40 degrés est un signe de mauvais pronostic. Souvent, une élévation de température s'accompagne de convulsions généralisées. Les convulsions des membres inférieurs ne sont pratiquement pas rencontrées, mais elles peuvent constituer le début d'une crise généralisée, comme dans le cas de la crise de Jackson susmentionnée.

    En outre, le patient peut se plaindre que ses jambes sont renversées en raison d'une perception déformée. Il est important de prendre cette plainte au sérieux et de vérifier si elle est vraie. Si le membre est en convulsions, ses muscles sont contractés. L'extension forcée du membre entraîne la disparition précoce des symptômes douloureux. En l'absence de confirmation objective des convulsions des membres inférieurs, les plaintes du patient sont expliquées par des paresthésies (hallucinations sensibles) causées par une psychose aiguë.

    Éclampsie
    Cette pathologie peut survenir pendant la grossesse et constitue une menace sérieuse pour la vie de la femme enceinte et du fœtus. Chez les femmes non enceintes et les hommes, cette maladie ne peut pas se produire, car le facteur de départ de son développement est l'incompatibilité de certains composants cellulaires de la mère et du fœtus. L'éclampsie est précédée d'une prééclampsie, au cours de laquelle la femme enceinte augmente la pression artérielle, le gonflement et l'aggravation du bien-être général. En cas de pression artérielle élevée (moyenne de 140 mmHg et plus), le risque de décollement du placenta augmente en raison du rétrécissement des vaisseaux sanguins qui l’alimentent. L'éclampsie est marquée par l'apparition de crises généralisées ou partielles. Les crampes aux jambes, comme dans le cas précédent, peuvent être le début d'une crise de Jackson partielle. Lors de convulsions, il se produit des contractions aiguës et un relâchement des muscles utérins, entraînant le détachement de la place fœtale et l'arrêt de l'alimentation du fœtus. Dans cette situation, il est urgent d'accoucher d'urgence par césarienne afin de sauver la vie du fœtus et de mettre un terme aux saignements utérins chez la femme enceinte.

    Traumatisme crânien
    Les lésions cérébrales traumatiques peuvent provoquer des crampes aux jambes, mais il faut bien admettre que cela se produit assez rarement. Il existe un schéma selon lequel l’ampleur de la lésion correspond à la gravité des convulsions et à la durée de leur manifestation. En d'autres termes, une contusion cérébrale avec un hématome sous-dural est plus susceptible de provoquer des convulsions qu'une commotion cérébrale normale. Dans ce cas, le mécanisme des crises est associé à la destruction des cellules du cerveau. Dans la lésion, la composition ionique change, ce qui entraîne une modification du seuil d'excitabilité des cellules environnantes et une augmentation de l'activité électrique de la partie du cerveau touchée. Ce que l’on appelle des foyers d’activité épileptique du cerveau, qui se déchargent périodiquement de convulsions, puis s’accumulent à nouveau. Au fur et à mesure que la zone lésée guérit, la composition ionique des cellules cérébrales se normalise, ce qui entraîne inévitablement la disparition du foyer de convulsions élevé et la guérison du patient.

    Hémorragie intracrânienne
    L'hémorragie intracrânienne est souvent une complication d'une maladie hypertensive, au cours de laquelle des anévrismes (sections de la paroi vasculaire amincie) se forment éventuellement dans les vaisseaux cérébraux. Presque toujours, l'hémorragie intracrânienne est accompagnée d'une perte de conscience. Avec la prochaine augmentation de la pression artérielle, un anévrisme se rompt et le sang pénètre dans la substance cérébrale. Premièrement, le sang exerce une pression sur le tissu nerveux, violant ainsi son intégrité. Deuxièmement, un vaisseau déchiré perd depuis quelque temps la capacité de fournir du sang à une certaine partie du cerveau, ce qui entraîne une privation d'oxygène. Dans les deux cas, le tissu cérébral est endommagé, directement ou indirectement, en modifiant la composition ionique du liquide intercellulaire et intracellulaire. Il y a une diminution du seuil d'excitabilité dans la lésion des cellules affectées et la formation d'une zone d'activité intense de saisie. Plus l'hémorragie est massive, plus il est probable que des convulsions se développeront.

    Thromboembolie cérébrale
    Le contrôle de cette maladie est extrêmement important dans la société moderne, car il est dû à un mode de vie sédentaire, à une surcharge pondérale, à une alimentation malsaine, au tabagisme et à l'abus d'alcool. Par divers mécanismes, des caillots sanguins (thrombi) se forment dans n’importe quelle partie du corps, qui se développent et peuvent atteindre des tailles assez grandes. En raison des caractéristiques anatomiques de la veine de la jambe, le lieu le plus courant pour la formation de caillots sanguins. Dans certaines circonstances, un caillot de sang se détache et, atteignant le cerveau, obstrue la lumière de l'un des vaisseaux. Après une courte période (15 à 30 secondes), des symptômes d'hypoxie de la région cérébrale touchée apparaissent. Le plus souvent, l'hypoxie d'une certaine partie du cerveau entraîne la disparition de la fonction qu'elle assure, par exemple, la perte de la parole, la disparition du tonus musculaire, etc. Cependant, la partie du cerveau touchée devient parfois un foyer d'activité de saisie intense, évoquée précédemment. Les crampes dans les jambes surviennent plus souvent lorsqu'un caillot sanguin ferme les vaisseaux sanguins qui alimentent la partie latérale du gyrus précentral, car cette partie du cerveau est responsable des mouvements volontaires des jambes. La restauration de l'apport sanguin à la lésion atteinte entraîne sa résorption progressive et la disparition des convulsions.

    Excès d'acétylcholine dans la fente synaptique

    L'acétylcholine est le principal médiateur impliqué dans la transmission des impulsions du nerf à la cellule musculaire. La structure qui fournit cette transmission s'appelle une synapse électrochimique. Le mécanisme de cette transmission est la libération d’acétylcholine dans la fente synaptique avec son effet ultérieur sur la membrane de la cellule musculaire et la génération d’un potentiel d’action.

    Dans certaines conditions, un excès de neurotransmetteur peut s'accumuler dans la fente synaptique, entraînant inévitablement une contraction musculaire plus fréquente et plus sévère, pouvant aller jusqu'à l'apparition de crises, y compris les membres inférieurs.

    Les conditions suivantes provoquent des convulsions en augmentant la quantité d'acétylcholine dans la fente synaptique:

    • surdosage de bloqueurs de la cholinestérase;
    • myorelaxation avec des médicaments dépolarisants;
    • carence en magnésium dans le corps.
    Surdosage de bloqueurs de la cholinestérase
    La cholinestérase est une enzyme qui dégrade l'acétylcholine. Grâce à la cholinestérase, l'acétylcholine ne s'attarde pas longtemps dans la fente synaptique, ce qui entraîne un relâchement du muscle et son relâchement. Les préparations du groupe bloquant la cholinestérase se lient à cette enzyme, ce qui entraîne une augmentation de la concentration d'acétylcholine dans la fente synaptique et une augmentation du tonus des cellules musculaires. Selon le mécanisme d'action, les bloqueurs de la cholinestérase sont divisés en réversibles et irréversibles.

    Les inhibiteurs réversibles de la cholinestérase sont utilisés principalement à des fins médicales. Les représentants de ce groupe sont la prozerine, la physostigmine, la galantamine, etc. Leur utilisation est justifiée dans le cas d'une parésie intestinale postopératoire, dans la période de récupération qui suit un accident cérébrale, avec atonie de la vessie. Le surdosage de ces médicaments ou leur utilisation déraisonnable entraîne d’abord une sensation de raideur douloureuse des muscles, puis des convulsions.

    Les bloqueurs irréversibles de la cholinestérase sont également appelés organophosphates et appartiennent à la classe des armes chimiques. Les représentants les plus connus de ce groupe sont les agents de guerre sarin et soman, ainsi que l'insecticide bien connu, le dichlorvos. Sarin et Soman sont interdits dans la plupart des pays du monde en tant qu'arme inhumaine. Le dichlorvos et d'autres composés apparentés sont souvent utilisés dans le ménage et provoquent un empoisonnement du ménage. Le mécanisme de leur action consiste en une forte liaison de la cholinestérase sans possibilité de son détachement indépendant. La cholinestérase associée perd sa fonction et conduit à une accumulation d'acétylcholine. Cliniquement, il se produit une paralysie spastique de l’ensemble des muscles du corps. La mort survient à la suite d'une paralysie du diaphragme et d'une violation du processus de respiration volontaire.

    Myorelaxation avec des médicaments dépolarisants
    La myorelaxation est utilisée lors d'une anesthésie avant une intervention chirurgicale et conduit à une meilleure anesthésie. Il existe deux principaux types de relaxants musculaires: dépolarisants et non dépolarisants. Chaque type de relaxant musculaire a des indications strictes d'utilisation.

    Le représentant le plus connu des relaxants musculaires dépolarisants est le chlorure de suxaméthonium (dithiline). Ce médicament est utilisé pour des interventions de courte durée (maximum 15 minutes). Après avoir quitté l'anesthésie avec l'application parallèle de ce relaxant musculaire, le patient ressent une raideur musculaire pendant un certain temps, comme après un travail physique intense et prolongé. Avec les autres facteurs prédisposants, le sentiment ci-dessus peut se transformer en convulsions.

    Carence en magnésium dans le corps
    Le magnésium est l'un des électrolytes les plus importants du corps. L'une de ses fonctions est l'ouverture des canaux de la membrane présynaptique pour l'entrée inverse d'un médiateur inutilisé dans l'extrémité de l'axone (processus central de la cellule nerveuse responsable de la transmission d'une impulsion électrique). En l'absence de magnésium, ces canaux restent fermés, ce qui entraîne une accumulation d'acétylcholine dans la fente synaptique. En conséquence, même une activité physique légère après une courte période provoque l'apparition de convulsions.

    La carence en magnésium se développe souvent avec la malnutrition. Ce problème concerne principalement les filles qui cherchent à se limiter à la nourriture au profit de la figure. Certains, en plus du régime alimentaire, utilisent des adsorbants, dont le plus connu est le charbon actif. Ce médicament est certes extrêmement efficace dans de nombreuses situations, mais son effet secondaire est l’élimination des ions utiles du corps. Avec une utilisation unique de ses convulsions ne se produit pas, cependant, avec une utilisation à long terme, le risque de leur apparition augmente.

    Seuil d'excitabilité réduit des myocytes

    Une cellule musculaire, comme toute autre cellule du corps, a un certain seuil d'excitabilité. Bien que ce seuil soit strictement spécifique à chaque type de cellules, il n’est pas constant. Cela dépend de la différence de concentration de certains ions à l'intérieur et à l'extérieur des cellules et du bon fonctionnement des systèmes de pompage cellulaire.

    Les principales raisons de l'apparition de crises convulsives en raison d'une diminution du seuil d'excitabilité des myocytes sont les suivantes:

    • déséquilibre électrolytique;
    • hypovitaminose.
    Déséquilibre électrolytique
    La différence de concentration en électrolytes crée une certaine charge à la surface de la cellule. Pour qu'une cellule soit excitée, il est nécessaire que l'impulsion reçue soit de force égale ou supérieure à la charge de la membrane cellulaire. En d'autres termes, l'impulsion doit dépasser une certaine valeur seuil pour amener la cellule dans un état d'excitation. Ce seuil n'est pas stable, mais dépend de la concentration d'électrolytes dans l'espace entourant la cellule. Lorsque l'équilibre électrolytique du corps change, le seuil d'excitabilité diminue, des impulsions plus faibles entraînent une contraction musculaire. La fréquence des contractions augmente également, ce qui conduit à un état d'excitation constante des cellules musculaires - convulsions. Les violations qui entraînent souvent des modifications de l'équilibre électrolytique sont les vomissements, la diarrhée, les saignements, l'essoufflement et l'intoxication.

    L'hypovitaminose
    Les vitamines jouent un rôle extrêmement important dans le développement de l'organisme et dans le maintien de sa capacité de travail normale. Ils font partie des enzymes et des coenzymes qui ont pour fonction de maintenir la constance de l'environnement interne du corps. Les carences en vitamines A, B, D et E. affectent la fonction contractile des muscles, l’intégrité des membranes cellulaires en souffre et, de ce fait, le seuil d’excitabilité diminue, entraînant des convulsions.

    Réduction de la concentration en ATP

    L'ATP est le principal vecteur chimique d'énergie dans le corps. Cet acide est synthétisé dans des organites spéciaux - les mitochondries, présents dans chaque cellule. La libération d'énergie se produit lors de la scission de l'ATP en ADP (adénosine diphosphate) et en phosphate. L'énergie libérée est dépensée pour le travail de la plupart des systèmes prenant en charge la viabilité des cellules.

    Dans la cellule musculaire, les ions calcium conduisent normalement à sa réduction et l’ATP est responsable de la relaxation. Si nous considérons qu'une modification de la concentration de calcium dans le sang entraîne rarement des convulsions, puisque le calcium n'est ni consommé ni formé pendant le travail musculaire, une diminution de la concentration en ATP est la cause directe des convulsions, car cette ressource est consommée. Il est à noter que les convulsions ne se développent que dans le cas d’une déplétion extrême en ATP, responsable de la relaxation musculaire. La restauration de la concentration en ATP nécessite un certain temps, ce qui correspond au reste après un dur travail. Jusqu'à ce que la concentration normale en ATP soit rétablie, le muscle ne se détend pas. C'est pour cette raison que le muscle surchargé est ferme au toucher et rigide (il est difficile de le redresser).

    Les maladies et affections entraînant une diminution de la concentration en ATP et l'apparition de convulsions sont les suivantes:

    • le diabète;
    • syndrome de la veine cave inférieure;
    • insuffisance cardiaque chronique;
    • les varices;
    • thrombophlébite;
    • athérosclérose oblitérante;
    • l'anémie;
    • période postopératoire précoce;
    • l'hyperthyroïdie;
    • exercice excessif;
    • pied plat.
    Le diabète
    Le diabète sucré est une maladie endocrinienne grave, entraînant une série de complications aiguës et différées. Le diabète nécessite un patient de haute discipline, car seul un régime approprié et des médicaments en temps voulu à la concentration requise peuvent compenser le manque d'insuline dans le corps. Cependant, quel que soit le degré d'effort déployé par le patient pour contrôler le niveau glycémique, il ne peut éviter complètement les augmentations de la concentration de glucose dans le sang. Cela est dû au fait que ce niveau dépend de nombreux facteurs qui ne sont pas toujours contrôlables. Ces facteurs incluent le stress, le moment de la journée, la composition de la nourriture consommée, le type de travail effectué par le corps, etc.

    L'angiopathie diabétique est l'une des terribles complications du diabète. En règle générale, avec un bon contrôle de la maladie, l'angiopathie ne se développe pas avant la cinquième année. Il y a micro et macro angiopathie. Le mécanisme de l’effet néfaste réside dans la défaite, dans un cas du tronc principal, et dans l’autre - des petits vaisseaux qui nourrissent les tissus du corps. Les muscles qui consomment normalement l'essentiel de l'énergie commencent à souffrir d'une circulation sanguine insuffisante. En l'absence de circulation sanguine, moins d'oxygène est fourni aux tissus et moins d'ATP est produit, en particulier dans les cellules musculaires. Selon le mécanisme mentionné précédemment, le manque d'ATP entraîne des spasmes musculaires.

    Syndrome de la veine cave inférieure
    Cette pathologie n'est caractéristique que chez la femme enceinte et se développe en moyenne depuis la seconde moitié de la grossesse. À ce stade, le fœtus atteint une taille suffisante pour commencer à déplacer progressivement les organes internes de la mère. Avec les organes, les gros vaisseaux de la cavité abdominale sont également compressés - l'aorte abdominale et la veine cave inférieure. L'aorte abdominale a une paroi épaisse et bat également, ce qui ne permet pas le développement d'une stase sanguine à ce niveau. La paroi de la veine cave inférieure est plus fine et le flux sanguin est laminaire (constant, sans pulsation). Cela rend la paroi veineuse vulnérable à la compression.

    À mesure que le fœtus grandit, la compression de la veine cave inférieure augmente. Dans le même temps, les troubles circulatoires de ce segment progressent. Il y a une stagnation du sang dans les membres inférieurs et des œdèmes se développent. Dans ces conditions, la nutrition des tissus et leur saturation en oxygène diminuent progressivement. Ensemble, ces facteurs entraînent une diminution de la quantité d'ATP dans la cellule et une augmentation du risque de convulsions.

    Insuffisance cardiaque chronique
    Cette maladie est caractérisée par l’incapacité du cœur à exécuter correctement la fonction de pompage et à maintenir un niveau optimal de circulation sanguine. Cela conduit à l'apparition d'un œdème, partant des membres inférieurs et s'élevant au fur et à mesure de l'évolution de la fonction cardiaque. Dans les conditions de stagnation du sang dans les membres inférieurs, une insuffisance en oxygène et en nutriments se développe. Dans ces conditions, la performance des muscles des membres inférieurs diminue nettement, le déficit en ATP se produit plus rapidement et la probabilité de convulsions augmente.

    Varices
    La dilatation des varices est une section de la paroi veineuse amincie qui dépasse des contours normaux du vaisseau. Il se développe plus souvent chez les personnes dont l'occupation est associée à des heures debout debout, chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque chronique, chez les patients obèses. Dans le premier cas, le mécanisme de leur développement est associé à une charge constamment accrue sur les vaisseaux veineux et à leur expansion. En cas d'insuffisance cardiaque, une stase sanguine se développe dans les vaisseaux des membres inférieurs. Avec l'obésité, la charge sur les jambes augmente de manière significative, le volume de sang augmente et le diamètre des veines est obligé de s'y adapter.

    La vitesse du flux sanguin dans les varices diminue, le sang s'épaissit et des caillots sanguins se forment qui obstruent ces mêmes veines. Dans de telles conditions, le sang cherche un autre moyen de sortir du flux, mais bientôt une pression élevée et il en résulte l'apparition de nouvelles varices. Cela ferme le cercle vicieux, ce qui entraîne une progression de la stagnation du sang dans les membres inférieurs. La stase sanguine entraîne une diminution de la production d'ATP et augmente le risque de convulsions.

    Thrombophlébite
    La thrombophlébite est une inflammation du vaisseau veineux. En règle générale, la thrombophlébite accompagne les varices, car les mécanismes de leur formation se chevauchent. Dans les deux cas, le facteur déclenchant est la stagnation de la circulation sanguine. Avec les varices, cela conduit à des varices et, dans le cas d’une thrombophlébite, à une inflammation. La veine enflammée est comprimée par un œdème et se déforme, ce qui entraîne également une perte de son débit, une stase sanguine aggravée et une nouvelle progression de l'inflammation. Le prochain cercle vicieux conduit au fait qu'il est pratiquement impossible de guérir complètement la thrombophlébite et les varices par des moyens conservateurs. Lors de l'utilisation de certains médicaments peut réduire l'inflammation, mais pas la disparition des facteurs qui l'ont provoquée. Le mécanisme des crises, comme dans les cas précédents, est associé à une stagnation du sang dans les membres inférieurs.

    Athérosclérose oblitérante
    Cette maladie est un fléau pour les pays à niveau de développement élevé, car sa fréquence et sa gravité augmentent avec le niveau de bien-être de la population. C'est dans ces pays que le pourcentage de personnes obèses est le plus élevé. Avec une nutrition excessive, le tabagisme et un style de vie sédentaire, des plaques d'athérosclérose se forment sur les parois des artères, réduisant ainsi la perméabilité des vaisseaux. Leur localisation la plus fréquente est les artères iliaques, fémorales et poplitées. En raison de la formation de plaques, le débit de l'artère devient limité. Si, au cours de l'exercice, le tissu musculaire reçoit suffisamment d'oxygène et de nutriments, son déficit se forme progressivement à mesure que la charge augmente. Le manque d'oxygène musculaire produit moins d'ATP, ce qui après un certain temps, tout en maintenant l'intensité du travail, conduira au développement de crampes aux jambes.

    L'anémie
    L'anémie est une réduction du nombre de globules rouges (globules rouges) et / ou d'hémoglobine dans le sang. Les globules rouges sont des cellules contenant jusqu'à 98% de protéines d'hémoglobine. À son tour, il est capable de se lier à l'oxygène et de le transporter vers les tissus périphériques. L'anémie peut se développer pour de nombreuses raisons, telles que des saignements aigus et chroniques, une altération des processus de maturation des globules rouges, une anomalie génétique de l'hémoglobine, l'utilisation prolongée de certains médicaments (dérivés de la pyrazolone), et bien plus encore. L'anémie entraîne une diminution des échanges gazeux entre l'air, le sang et les tissus. La quantité d'oxygène fournie à la périphérie n'est pas suffisante pour assurer des besoins musculaires optimaux. En conséquence, moins de molécules d’ATP se forment dans les mitochondries et leur carence augmente le risque de convulsions.

    Période postopératoire précoce
    Cette affection n’est pas une maladie, mais mérite une attention particulière en matière de convulsions. Les opérations de complexité moyenne et élevée sont généralement accompagnées d'une certaine perte de sang. En outre, la pression artérielle peut être réduite artificiellement pendant une longue période au cours des étapes spécifiques de l'opération. Ces facteurs, associés à une immobilité totale du patient pendant plusieurs heures de chirurgie, augmentent le risque de formation de caillots sanguins dans les membres inférieurs. Ce risque est accru chez les patients atteints d'athérosclérose ou de varices.

    La période postopératoire, qui dans certains cas prend un temps assez long, oblige le patient à observer un repos au lit strict et une activité physique réduite. Dans ces conditions, la circulation sanguine dans les membres inférieurs est considérablement ralentie et des caillots sanguins se forment. Les thrombi bloquent partiellement ou totalement le flux sanguin dans le vaisseau et provoquent une hypoxie (faible teneur en oxygène dans les tissus) des muscles environnants. Comme dans les maladies précédentes, une diminution de la concentration en oxygène dans le tissu musculaire, en particulier dans des conditions de stress accru, conduit à l'apparition de convulsions.

    L'hyperthyroïdie
    L'hyperthyroïdie est une maladie associée à une production accrue d'hormones thyroïdiennes. En raison de la présence et du mécanisme du développement, on distingue les hyperthyroïdies primaire, secondaire et tertiaire. L'hyperthyroïdie primaire est caractérisée par un trouble au niveau de la glande thyroïde, un trouble secondaire au niveau de l'hypophyse et un tertiaire au niveau de l'hypothalamus. Une augmentation de la concentration des hormones thyroxine et triiodothyronine conduit à une tachypsie (accélération des processus de pensée) ainsi qu’à une agitation et à un état d’anxiété constants. Ces patients sont beaucoup plus actifs que les personnes en bonne santé. Le seuil d'excitabilité de leurs cellules nerveuses est réduit, ce qui entraîne une augmentation de l'excitabilité de la cellule. Tous les facteurs ci-dessus conduisent à un travail musculaire plus intense. L'hyperthyroïdie peut, avec d'autres facteurs prédisposants, provoquer des convulsions.

    Exercice excessif
    Un effort physique insupportable et prolongé pour un organisme non préparé est définitivement nocif. Les muscles sont rapidement épuisés, la totalité de l'ATP est consommée. Si vous ne laissez pas aux muscles le temps de se reposer, pour lesquels une certaine quantité de ces données de transporteur d'énergie est nouvellement synthétisée, alors, avec une activité musculaire accrue, le développement de crises convulsives est très probable. Leur probabilité augmente souvent dans un environnement froid, par exemple en eau froide. Cela est dû au fait que le refroidissement des muscles entraîne une diminution du taux de métabolisme. En conséquence, la consommation d'ATP reste la même et les processus de sa reconstitution sont ralentis. C'est pourquoi les crampes se produisent souvent dans l'eau.

    Pieds plats
    Cette pathologie est la mauvaise formation de la voûte plantaire. En conséquence, les points de pivot du pied se trouvent dans des endroits qui ne leur conviennent pas physiologiquement. Les muscles du pied, situés à l'extérieur de la voûte plantaire, doivent supporter le fardeau sur lequel ils ne sont pas conçus. En conséquence, leur fatigue rapide se produit. Un muscle fatigué perd de l'ATP tout en perdant sa capacité à se détendre.

    En plus de frapper le pied lui-même, le pied plat affecte indirectement l'état des articulations du genou et de la hanche. La voûte plantaire n'étant pas correctement formée, elle ne remplit pas la fonction d'amortissement. En conséquence, les articulations ci-dessus sont plus secouées et plus susceptibles d'échouer, provoquant le développement d'arthrose et d'arthrite.

    Défaut génétique d'une des protéines contractiles

    Cette catégorie de maladies est incurable. Il est réconfortant de constater que la fréquence de la maladie dans la population est faible et que la probabilité que la maladie se manifeste est de 1: 200-300 millions. Ce groupe comprend diverses fermentopathies et maladies de protéines anormales.

    Une des maladies de ce groupe, qui se manifeste par des convulsions, est le syndrome de Tourette (Gilles de la Tourette). En raison de la mutation de gènes spécifiques dans les septième et onzième paires de chromosomes dans le cerveau, des connexions anormales se forment, entraînant des mouvements involontaires (tiques) et des cris (plus souvent obscènes) du patient. Dans le cas où une tique affecte le membre inférieur, elle peut se manifester sous la forme de crises périodiques.

    Premiers soins pour spasmes

    La principale tâche de la personne qui soigne le spasme de soi-même ou de quelqu'un d’autre est de reconnaître la cause du spasme. En d'autres termes, il est nécessaire de distinguer si la convulsion est une manifestation d'une crise d'épilepsie partielle ou est causée par d'autres raisons. Selon le mécanisme de développement des crises, il existe au moins deux algorithmes de soins radicalement différents.

    La première caractéristique distinctive des crises d'épilepsie est la stadification. Le premier stade est clonique, c’est-à-dire qu’il semble alterner contractions rythmiques et relaxation musculaire. La durée de la phase clonique est en moyenne de 15 à 20 secondes. La deuxième étape des crises d'épilepsie est tonique. Lorsqu'il survient un spasme musculaire long, en moyenne, jusqu'à 10 secondes, après quoi le muscle se détend et l'attaque prend fin.

    La deuxième caractéristique des crises d'épilepsie est la dépendance de leur apparence à certains facteurs déclencheurs strictement individuels pour chaque patient. Les plus courants d'entre eux sont une lumière scintillante, des sons forts, un goût et une odeur particuliers.

    La troisième caractéristique ne se manifeste que dans le cas du passage de crises partielles à des crises généralisées et consiste en la perte de conscience du patient à la fin de la crise. La perte de conscience est souvent accompagnée par des mictions involontaires et une évacuation des selles. Après être revenu à la vie, il se produit un phénomène d’amnésie rétrograde, dans lequel le patient ne se souvient pas qu’il avait subi une attaque.

    Si, selon les critères ci-dessus, le patient a une attaque partielle de crises d'épilepsie, celle-ci doit d'abord être placée sur une chaise, un banc ou un sol afin d'éviter toute blessure en cas de chute. Ensuite, vous devriez attendre la fin de l'attaque, sans prendre aucune mesure.

    En cas de propagation des convulsions et de leur transformation en une forme généralisée, il est nécessaire de placer le patient sur le côté et de placer une couverture ou une chemise sous sa tête ou de la saisir avec ses mains afin d'éviter de l'endommager lors d'une attaque. Il est important de ne pas fixer la tête, mais de la protéger contre les chocs, car avec une fixation forte, il existe un risque d'effondrement de la vertèbre cervicale, ce qui entraîne inévitablement la mort du patient. Si le patient a une crise épileptique généralisée, il est également important d'appeler une ambulance le plus tôt possible, car sans l'introduction de certains médicaments, le risque de crises récurrentes est élevé. À la fin de l'attaque, vous devez essayer de déterminer quel facteur pourrait déclencher l'attaque et tenter de l'éliminer.

    Lorsque la cause des crises n'est pas associée à l'épilepsie, les étapes suivantes doivent être suivies. Tout d'abord, vous devez donner aux membres une position surélevée. Cela améliore la circulation sanguine et élimine la stagnation. Deuxièmement, vous devez saisir les orteils et effectuer la flexion dorsale du pied (vers le genou) en deux étapes: pliez et relâchez la première moitié, puis pliez le plus lentement possible et maintenez-la dans cette position jusqu'à ce que les crises cessent. Cette manipulation conduit à un étirement forcé du muscle qui, comme une éponge, aspire du sang riche en oxygène. En parallèle, il est utile de procéder à un léger massage du membre, car il améliore la microcirculation et accélère le processus de récupération. Les ajustements et les injections ont un effet de distraction et interrompent la chaîne réflexe, ce qui ferme la douleur du spasme musculaire.

    Traitement des crises

    Traitement médicamenteux des crises fréquentes

    Le traitement médicamenteux des crises est divisé de manière conditionnelle en une interruption des crises et en un traitement visant à les prévenir.

    L'intervention médicamenteuse est effectuée uniquement si le patient a une crise d'épilepsie partielle ou généralisée. En cas de convulsions d'une autre origine, leur interruption est effectuée à l'aide des manipulations indiquées dans la section «Premiers soins avec spasme».